Chercq (Tournai)

0. Algemene bibliografie
1. Algemene geschiedenis
2. Institutionele geschiedenis
3. Sociaal-economische geschiedenis
4. Geschiedenis van het geestesleven
5. Geschiedenis van het kunstbezit

Korte historiek
verhaald door [Gaens & De Grauwe 2006]119-120

Sint-Andreasberg (ca. 1376/77-1783)
Cartusia Cercana
provincia Picardiae
1380-1410: clementistisch, Grande Chartreuse
1411: provincia Picardiae propinquioris
1780: provincia Teutoniae

De kartuis van Chercq heeft nauwelijks drie jaar tot de Teutoonse provincie behoord. De stichters waren Christian de Ghistelles, priester te Doornik, en Jean de Werchin en de la Longueville, drossaard van Henegouwen. De bisschop van Doornik, Philippe d'Arbois, bekostigde de bouw van de kerk.
In de veertiende en vijftiende eeuw had het klooster vele weldoeners, onder meer Doornikse geestelijken. Een bekende prior uit de vijftiende eeuw was de auteur Goswinus de Beka, doctor in de beide rechten, voormalig Kortrijks kanunnik en Gents profes. Hij was achtereenvolgens prior te Gent (1417-1418), Lierde (1418-ca. 1421), Doornik (1421-1423) en Dijon (1423-1424), en was ook convisitator (1418-1419). Hij overleed in 1429 als hospes in de kartuis van Champmol bij Dijon, de necropolis van de Bourgondische hertogen. Een andere bekende kartuizerauteur uit de vijftiende eeuw was Henricus de Piro, maar het is niet zeker of hij werkelijk in de Doornikse kartuis verbleef. Henricus de Piro was eveneens doctor in de beide rechten, en een gerenommeerd auteur van geestelijke en juridische werkjes. Vooraleer hij kartuizer werd, studeerde hij in Keulen, Parijs en Bologna, doceerde hij in Keulen en tenslotte in 1428 in Leuven. Hij schreef de eerste statuten van de Leuvense universiteit en werd er in 1429 tot rector benoemd. In 1432 werd hij kanunnik te Luik en aansluitend officiaal van de Keulse domproost. Drie jaar later nam hij deel aan het concilie van Bazel, waarna hij intrad bij de kartuizers van Keulen. Hij werd er vicaris in 1437, en werd vermoedelijk prior te Doornik, daarna zeker te Zelem (1442-1443), Luik (1445-1447), Wesel (1447-1457), Rettel (1457-1459) en Trier (1459-1463). Hij stierf als gewone monnik in zijn profeshuis te Keulen in 1473.
In 1566 werd het klooster verwoest door geuzen. Enkele jaren later werd met de geleidelijke heropbouw gestart, die nog de hele zeventiende eeuw zou voortduren. In de achttiende eeuw had het klooster herhaaldelijk te lijden onder oorlogssituaties. De kartuis werd in 1783 opgeheven door keizer Jozef II.

Korte historiek
verhaald door [Timmermans 2005e]249-251

Chartreuse du Mont-Saint-André à Chercq (Tournai)

5 février 1370: Chrétien de Ghistelles, prêtre et citadin de Tournai, donne sa maison située dans la même ville, aux chartreux de Notre-Dame de Macourt-lez- Valenciennes. sous la clause restrictive que s'il s'établit, endéans les vingt ans, une chartreuse à Tournai, cette maison serait substituée à celle de Valenciennes dans la jouissance des biens donnés.
10 février 1375: Gérard de Malvoisin, seigneur de Sariel, vend à Jean de Werchin la ferme d' Auberbus située à Estaimbourg, Néchin et Bailleul "pour fonder un certain college de chartreux emprez nostre bonne ville de Tournay".
5 février 1376: le curé de Bavay obtient procuration de Jean de Werchin pour faire cession du domaine d' Auberbus aux chartreux et fait encore beaucoup d'autres dons. Ce bien sera amorti en mars de la même année par Charles V le Sage, roi de France. Lors du chapitre général de 1376 les définiteurs chargent Franco du Bois, de s'assurer si des conditions suffisantes de stabilité sont présentes.
1377: Chrétien de Ghistelles remet sa loge d' Aubert aux.chartreux. Il donne aussi de l'argent pour la construction de la salle du chapitre et d'une cellule ainsi qu'une somme d'argent pour subvenir aux besoins des moines.
1er avril 1377: le roi donne son approbation pour la fondation de la nouvelle fondation.
8 mai 1377: décès de Jean de Werchin qui avait préalablement chargé son fils, Jacques et ses héritiers de suppléer ce qui manquerait et de tenir parole envers l'Ordre. Celui-ci meurt à son tour sans avoir pu exécuter la volonté paternelle, mais ayant toutefois confirmé les donations et ajouté une somme considérable. Son fils Jean (souvent cité Bertrand dans les documents de l'ordre) tentera de mener l'œuvre à bonne fin, mais sera tué à la bataille d' Azincourt (1415).
15 mai 1377: le chapitre de la cathédrale de Tournai, qui avait déjà approuvé·la construction du monastère en 1375, donne également son approbation.
4 juin 1377: pose de la première pierre de l'église. La construction en est payée par l'évêque de Tournai Philippe d' Arbois.
4 août 1384: consécration du cimetière.
1er septembre 1384: consécration de l'église par le successeur de Philippe d' Arbois.
1415 : le monastère est agrandi, grâce aux nombreux dons faits par de grands bienfaiteurs, e. a., la famille de Werchin, le clergé tournaisien, surtout les chanoines et aussi Philippe le Hardi, duc de Bourgogne.
1427: Jeanne, petite-fille de Jean de Werchin augmente encore considérablement les revenus de la maison par une donation.
11 novembre 1444, décès de Jeanne de Werchin. La carte du chapitre général de 1445 la cite comme fondatrice du Mont Saint-André.
Lors du Grand Schisme d'Occident, la chartreuse de Tournai, comme la plupart des chartreuses françaises, se rallie au pape d'Avignon.
21 avril 1478: le monastère prospère et se développe régulièrement jusqu’à cette date lorsque les troupes bourguignonnes, venant de Lille, investissent le monastère, le pillent et s'emparent des troupeaux. Il faut trois ans aux moines, pour se redresser de cette attaque. On répare, restaure et reconstruit ce qui a été détruit et la vie conventuelle peut reprendre dès 1481. La chartreuse connaît un regain de prospérité grâce aux bienfaiteurs et aussi par le fait que les chartreux sont également seigneurs de Chercq.
1er décembre 1521: la capitulation de la ville de Tournai, assiégée par le comte de Nassau est signée dans la chartreuse. Tournai, qui depuis 1187 jouissait d'une quasi-autonomie sous protectorat français, perd sa liberté et est incorporée dans les Pays-Bas par Charles-Quint. Elle n'en resta pas moins un bastion du calvinisme.
Août et décembre 1566: les Gueux s'en prennent par deux fois au monastère Ils le pillent, puis l'incendient et les moines s'enfuient et cherchent refuge au château de Biez à Wiers, une propriété de la famille de Werchin. De là, les religieux se dispersent dans différentes autres chartreuses.
1569: les moines reviennent au monastère, qu'ils trouvent complètement ruiné ; seul le réfectoire est encore quelque peu utilisable et ils l'utilisent comme église. Le montant des dégâts s'élève à 800.000 livres tournois, somme qu’ils ne peuvent rassembler, même en vendant une partie importante de leurs biens. Heureusement, de nombreux bienfaiteurs viennent à nouveau au secours des moines pour les aider ou offrir leurs offices.
1586: début de la reconstruction de l'église.
13 mars 1591 : consécration de l'église par Guillaume Facon, doyen du chapitre de Tournai et délégué de Mgr Jean de Vendeville.
1596: les chartreux, dont la situation n'est toujours pas aisée, sont contraints de s’adresser au roi Philippe d'Espagne pour obtenir du bois à brûler pour se chauffer et les chênes nécessaires aux réparations de leur édifice. Il amortit également les maisons qu'ils possédaient à Tournai et qui leur servaient de refuge et qu'ils avaient reçues de Guillaume Moucheron, grand vicaire de l’église cathédrale.
Les moines continuent la reconstruction et achètent plusieurs maisons à Tournai qui sont amorties par les archiducs Albert et Isabelle. Le prieur Michel de Hove confectionne, au monastère, la première presse à imprimer de Touurnai et compose quatre grands Responsoria en huit volumes avec des caractères d'imprimerie qu'il avait fondus lui-même. On note aussi plusieurs petits procès entre les chartreux et le chapitre de Tournai au sujet de dîmes.
1651: Les soldats investissent le monastère, mais, en contrepartie, ils préservent le village de Chercq des pillages habituels en de telles circonstances.
1661: la chartreuse, qui connaît une certaine aisance, apporte une aide financière à la fondation de la maison de Douai, mais, d'autre part, elle refuse toujours de payer les dîmes au chapitre de Tournai.
11 jiuin 1671: la chartreuse est honorée de la visite de la reine de France, Marie-Thérèse, et le roi Louis XIV amortit un héritage et une maison située dans l'enceinte du château de Tournai.
24 juillet 1712: après la bataille de Denain, où Villars remporte la victoire sur les Austro-Hollandais – guerre de succession d'Espagne – les alliés passent par Tournai pour aller soutenir Douai: ils en profitent pour saccager le monastère.
Lors de la guerre de succession d'Autriche, la chartreuse sert de quartier général aux troupes alliées et loge le duc d' Arenberg, généralissime des Alliés.
12 mai 1745: au lendemain de la bataille de Fontenoy, les soldats anglais, hanovriens et français sont soignés dans la chartreuse.
28 mars 1782: début de l'inventorisation des possessions du monastère cartusien.
28 avril 1783: l'édit de l'empereur Joseph II du 17 mars 1783 ordonnant la supprression des couvents dits inutiles, est lu au monastère devant les douze moines et les quatre convers réunis. Ils entreront dans le clergé séculier ou réintégreront leur famille. Les biens sont liquidés par vente ou distribution .