De handschriften van de kartuis Genadendal bij Brugge (1318-1580)


Volledige referentie:

Frans Hendrickx
De handschriften van de kartuis Genadendal bij Brugge (1318-1580), in: Ons geestelijk erf, 47 (1973), 3-63, 241-290  
[Hendrickx 1973]

Notities:

Wordt vervolgd in [Hendrickx 1974a]

Tekstmededelingen:

Sommaire
Dans une introduction générale l'auteur traite de la valeur attachée par les chartreux à la transcription des manuscrits, en se basant sur plusieurs documents cartusiens tels que les Coutumes de Guigues I († 1136), les Statuta Antiqua (1259) et Nova (1368) et l'Opus pacis d'Oswald de Corda († 1437), et en renvoyant aussi à l'influence des chartreux sur la Dévotion Moderne en ce qui concerne le travail manuscrit.
Ensuite, il examine les manuscrits provenant de la chartreuse du Val-de-Grâces près de Bruges entre 1318, date de la fondation du couvent, et 1580, date de sa première suppression par les réformés. Il y distingue d'une part ceux qui ont certainement appartenu aux chartreux brugeois, et d'autre part ceux dont la provenance est moins sûre.
Le premier groupe contient quatre manuscrits. D'abord un Graduale Romanum cum cantu (deuxième moitié du XIVe - début du XVe siècle), composé par Egide de Saint-Omer et conservé à la Bibliothèque Municipale de Douai (ms.G.93-D.l84). Ensuite, une copie anonyme des trois premiers livres de l'Imitatio Christi, intitulée Musica ecclesiestica, d'environ 1430, conservée à Bruxelles dans la Bibliothèque Royale-Albert I (ms. 15138). Au même endroit se trouve aussi une copie d'un ouvrage de Jean de Dambach, O.P. († 1372), notamment de son De consolatione theologiae (ms. 806); cette copie provient du couvent dominicain à Bruges où elle fut terminée le premier septembre 1434, mais en 1453 elle vint enrichir la bibliothèque des chartreux de cette ville. Il y a finalement le codex 1099 de la Bibliothèque Mazarine de Paris, qui contient trois traités de Henri de Herp, O.F.M. († 1477): Scala amoris, Edennim contemplativorum et De processu humani profectus, tous copiés par le chartreux brugeois Antoine Beyns au début du XVIe siècle; en ce qui concerne le quatrième traité de ce codex, la vie abrégée de l'évêque Hugues de Lincoln, O.Cart. († 1200), achevée en 1571, on ne peut que l’attribuer à un chartreux (brugeois?) inconnu.
Il reste enfin encore deux manuscrits de provenance douteuse, dont l'auteur éablit l'état de la question. D'abord une copie anonyme de l'Epistola ad Fratres de Monte Dei (d'environ 1410), écrite par Guillaume de Saint-Thierry, O.Cist. († 1148); cette copie qui se trouve actuellement dans la Bibliothèque Municipale de Bruges (ms. l15), porte la marque de l'abbaye cistercienne des Dunes de Coxyde, mais il est possible qu'elle ait appartenu aux chartreux brugeois jusqu'au commencement du XVIIe siècle. Quant au second manuscrit, il s'intitule Opusculum Mauritii Chauncy de beatis martyribus Cartusiensibus sub Henrico VIII, rege Angliae, supplicio affectis, et se trouve dans la Bibhothèque Nationale d'Autriche à Vienne (s.n., 12751): il s'agit, d'après l’avis de l'auteur de cet article, d'une compilation faite par un chartreux anonyme du Val-de-Grâces (avril 1564-1568), qui résuma les trois premières versions de M. Chauncy, O.Cart. († 1581), sur l'histoire des dix-huit martyrs chartreux de Londres.

Après avoir examiné les manuscrits conservés provenant de la chartreuse du Val-de-Grâces près de Bruges (voir Ons Geestelijk Erf, 1973, t. XLVII, p. 3-63), nous passons dans cet article aux manuscrits perdus dont nous connaissons l'existence par quelques archivalia et literaria: un inventaire de livres prêtés, inscrits après 1376 dans le cartulaire du couvent (Bruges, Archives de l'État, Acquisitions, Cahier I, n° 49, fol. [2] r°); le catalogue collectif des dominicains gantois Carnifex et Bunderius (première moitié du XVIe siècle), disparu depuis longtemps, mais reconstitué et édité par P. Lehmann, Quellen zur Feststellung und Geschichte mittelalterlicher Bibliotheken, Handschriften und Schriftsteller (dans son Erforschunq des Mittelalters, t. I, Leipzig, 1941, p. 333, 335 et 338); le catalogue collectif de Rouge-Cloître, composé en 1538-1540 (Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, Series nova, ms. 12694, fol. 172v°, 318r° et 352r°); enfin le catalogue rédigé lors de la suppression du prieuré en 1783-1784 (Bruxelles, Archives Générales du Royaume, Caisse de Religion, n° 72 (55), fol. 831r°-vo).
L'inventaire mentionne des liturgica (Collectarium, Antiphonarium), ainsi que des œuvres de théologie morale (Summa virtutum), de droit canon (Decretum) et d'histoire (Spieghel Historiael).
Le premier des catalogues collectifs cités signale une Epistola ad amicum infirmum de Gérard Grote de Deventer († 1384), les Sermones de tempore et sanctis d'Henri de Coesfeld, O.Cart. († 1410) et un Commentarius in primum et secundum Sententiarum du carme Goswin de Hex († 1475).
Dans le catalogue de Rouge-Cloître nous trouvons des ouvrages de trois auteurs anglais: la Summa Confessorum, œuvre de théologie morale de Thomas de Chobham, vice-doyen de Salisbury († entre 1233 et 1236); l'écrit eschatologique De Victoria Christi contra Antichristum du franciscain Hugues de Newcastle († après 1322); le traité mystique Melos Amoris de l'ermite Richard de Hampole († 1349).
Quant au catalogue de la suppression, il énumère à côté de deux manuscrits qui se trouvent actuellement à la Bibliothèque Royale-Albert I de Bruxelles (ms. 806) et à la Bibliothèque Mazarine de Paris (ms. 1099) et dont nous avons déjà traité dans la première partie de notre étude, les ouvrages suivants: une Rethorica de sancta oratione de Guillaume d'Auvergne, évêque de Paris († 1249); un Opus insigne sancti Thomae (d'Aquin?); enfin un écrit De Laudibus Beatae Mariae Virginis, attribué longtemps à Saint Albert le Grand, O.P. († 1280). Vu l'absence de toute donnée de datation, l'appartenance de ces deux derniers ouvrages à l'ancien fonds de la chartreuse brugeoise d'avant 1580 ne peut être acceptée qu'avec une certaine réserve. C'est également le cas des six Antiphonaria dont la liste fait mention.