Register auctentyck compreherende de copien van alle die brieven die het Convent der Carthuzers vorder gelegen buiten de stad van Delft genaamd sticht Bartholeum-dal in Jherusalem heeft [Delft]

Den Haag, Nationaal Afchief (NA)

archiefnaam Delftse Statenkloosters: Klooster van den heilige Bartholomeus in Jeruzalem
archiefonderdeel Klooster in het algemeen
archiefinventaris nr. 3.18.05: inv. 3A
inhoud cartularium, één deel
periode 1564-1565 (ca. 2e helft 16e eeuw)
biblioref. Vannérus, J., ‘Le dépôt des Archives de l’État d’Anvers, Accroissements de l’année 1904’, in: Revue des bibliothèques et archives de Belgique, année 1905, 466, 487-4891
internetref. http://www.gahetna.nl/collectie/archief/inventaris/index/eadid/3.18.05/o...
opmerking - aanwinst 1953 uit het Rijksarchief Antwerpen2
- de orthografie van de titel in de beschrijving door het Haagse Nationaal Archief verschilt hier en daar van de beschrijving door Vannérus
  • 1. Beschrijving s.v. Cartulaire de 1565:
    [487] Registre intitulé, en tête du 3e f'euillet: Regyster auctentyck comprehenderende die copien van alle die brieven ... die het convent der Carthusers oorden gelegen buyten die stadt van Delft, genaempt Sincte Bartholomeus Dal in Jheruselem, heeft, besit ende onder drie slooten bewaert ...
    Ainsi que l'indique la suite du titre, ces documents concernent les biens que ce couvent, fondé en 1469 par sire Vranck van Borsselen, comte d'Ostrevant (Oestervandt), avait en Hollande, en Zélande, dans la Flandre et dans Ie Brabant (spetialicken in Delflandt, Schielt, Rynlandt ende dair omtrent; item over Mase, in den lande van Putten, Voorn, Vosmaer ende Charloes).
    Ce registre, dont les feuillets, en papier, mesurent 21,5 cm. de large sur 31,5 de haut, comprend d'abord 3 ff. non cotés, Ie troisième portant Ie titre; puis viennent 269 ff. cotés lors de la confection du cartulaire, et enfin 46 ff. non cotés.
    Au premier fenillet non coté, la note “Chartreux à Anvers” écrite au XVIIIe siècle; au verso du titre, une déclaration datée du 19 février 1565 (1564 stilo curie Hollandie), par laquelle Jacques de Jonge, secrétaire de la cour de Hollande, atteste s'être rendu audit mois de février, à la requête du prieur des chartreux hors Delft, de la Haye jusqu'au dit couvent et y avoir collationné et authentiqué de nombreux actes inscrits dans ce registre, en y laissant différentes places vides, pour y inscrire éventuellement de nouveaux documents.
    Aux feuillets cotés 1 à 260 ont été inscrits, tous par la même main, sauf quelques exceptions, 327 actes s'étendant de 1349 à 1564. Différents de ces feuillets, ainsi que les ff. 261 à 269, sont restés blancs.
    Dans la partie non foliotée se trouve d'abord une table du cartulaire, puis un relevé, dressé à la fin de 1564, [488] des “grâces” (gracien soe van pitancien als van wyn ende anders) que le couvent devait distribuer aux conventuels (moines, convers, donats etc.).
    La reliure, en cuir brun, est intéressante par ses fers fort bien conservés et par les inscriptions qu'elle porte. En effet, sur le premier plat nous lisons [dans une forme rectangulaire] dessus aen allen, à droite wanch spack die, dessous edel heer, à gauche Van Oestervant, dans le milieu 1565. Et sur le dernier plat [dans une forme retangualaire] à gauche eo, dessus omnia, à droîte vnde, dessous 1565.
    Cette dernière devise eo omnia vnde est reproduite, mais avec la date 1!66, sur le fermoir en cuivre du registre.
    Ces deux devises doivent être celles de François van Borssele, comte d'Ostrevant, le quatrième époux de l'infortunée Jacqueline de Bavière, mort sans enfants le 19 novembre 1470, peu de temps, donc, après la fondation de la chartreuse de Delft. En effet, sous un ancien portrait du comte d'Ostrevant, qui était encore conservé en 1881 à la maison communale de St-Martensdijk, se lit la devise An allen wanck [note: Fr. De Potter, ‘Geschiedenis van Jacoba van Beieren’, dans: Mémoires couronnés de l'Académie de Belgique, coll. in 8°, 31 (1881), 183].
    Que signifie cette devise? De Potter pensait pouvoir la traduire par A tout hasard, à moins qu'il ne faille y voir une erreur du peintre, pour An allen Vrank. Cette dernière hypothèse doit être écartée, ainsi que le prouve la reliure de notre cartulaire.
    [489] Quant à la devise Eo omnia unde, celle me laisse perplexe; je ne puis me l'expliquer que comme suit: celle signifierait, sous une forme abrégée et intervertie: Eo (ou imus) co unde omnia veniunt = Je vais (ou nous allons) là d'ou viennent toutes choses, c'est-à-dire, vers la terre, vers le néant, vers la mort. Peut-être quelque lecteur pourra-t-il trouver une explication un peu moins mélancolique et plus exacte de cette devise.
  • 2. Was in de 18e eeuw in het bezit van het kartuizerklooster te Antwerpen. Heeft derhalve tot het Rijksarchief Antwerpen behoord, maar werd in 1953 overgedragen aan het Algemeen Rijksarchief te ’s-Gravenhage, toen er een grote archiefruil heeft plaatsgevonden tussen de Belgische en de Nederlandse Staat; in Nederland zijn archieven naar het Algemeen Rijksarchief (nu Nationaal Archief) gegaan en naar de rijksarchieven in de provincie. — Vriendelijke mededeling van Jan Sanders, rijksarchivaris Noord-Brabant, 3 december 2010.